Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· AMATEURS (19)
· ANAL (262)
· ASIATIQUES (61)
· BAS NYLON (304)
· BEURETTES (54)
· BLACKS (139)
· BRANLETTES ESPAGNOLES (27)
· GROS SEINS (424)
· GROSSES BITES (137)
· HARDCORE (527)
· JEUNES 18-21 ANS (310)
· LESBIENNES (79)
· LIVES (29)
· MASTURBATION (258)
· MATURES (306)
· PHOTOS (164)
· PIPES (489)
· SONDAGES (3)
· VIDEOS LONGUES (20)

Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· Le Clitoris Géant
· Techniques pour bien branler
· Massage de bite
· Je Baise avec Mon Gendre
· Je Fais mon ménage Nue

· Je suce Mon Beau Père
· Bite Molle
· Mature branleuse
· Je Branle Mon Homme
· Clara baise dans son Bain
· Mature à Beaux Seins
· Je sodomise mon mari
· Je suce et j'avale
· Bourgeoise en bas nylon
· Reine des Pipeuses

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· A APPRECIER LE VINTAGE
· A Voir Photos Lady Sonia Mobiles
· AMOUR DE STARS
· amour-sans-tabou
· AVEC GIANNA MICHAELS
· BEAU GRATUIT X VOD
· BEAU-SEXE
· beautifulsexe
· BELLES SECRETAIRES
· bluesexytales

Voir plus


Statistiques

Date de création : 08.01.2012
Dernière mise à jour : 21.08.2014
3630articles


seins-bananes-et-chatte
seins-bananes-et-chatte.jpg
beau-clito
beau-clito.jpg
deins-gianna-bananes
deins-gianna-bananes.jpg
seins-bas-rouge-bananes
seins-bas-rouge-bananes.jpg
primecups_darina_23
primecups_darina_23.jpg
Mes Amours !

Je vous adore tous, Bonnes Visites. Bisous  Sabrina !

Je Baise avec Mon Gendre

Publié le 01/06/2012 à 09:28 par sexe-videos Tags : amour moi fille gendre baise queue

Depuis peu, je baise avec mon gendre dès que je peux. Veuve depuis cinq ans, je ne faisais plus l'amour du tout, alors l'autre jour j'ai caressé mon beau-fils qui a fortement apprécié. Il m'a dit qu'il bandait plus avec moi qu'avec ma fille. J'ai honte mais je suis trop en manque de queue !!



Commentaires (5)

jean-marc le 02/06/2012
elle est super mignone cette belle mère je voudrais bien avoir la mème pour pouvoir la baisée et la sodomisée moi aussi quelle jolie poitrine et joli petit cul elle a hummmmm !!!!!!!


laurentplaisir le 23/07/2012
Salut !
T'es dans quel coin ?
http://laurentplaisir.centerblog.net


ludo073 le 03/10/2012
Si tu cherche un ptit jeune pour laisser ton beau fils a ta fille je suis dispo pour te baiser et comblet ton manque de queue , ...
http://ludo073.centerblog.net


juju le 14/01/2013
je te pardonne,tu n'as pas trop honte pour moi, je sais que lorsque l'on aime on ne compte pas ou plutot on ne réfléchit pas assez - tu peus venir dans ma maison me rejoindre je n'y serais plus seul tes reves,tes projets,tes plaisirs,tes besoins,tes envies,tous se réaliseront 'tu seras mon plus beau cadeau de ma vie,je t'aime, à bientot 01/45/99/06/99


lailatvx le 09/07/2014
Seul avec ma belle-mère

Mon père, 58 ans, divorcé depuis trois ans, s’est remis en ménage avec Elodie, une femme à peine plus âgée que moi, tombée amoureuse de lui, sans doute dû au prestige de la profession et de l’uniforme car il est commandant des pompiers. De plus, il a fait sa connaissance en intervenant sur un accident de la route … ils ne se sont plus quittés !
Tout se passait bien à la maison jusqu’au jour où mon père a été appelé alors qu’une tempête se prépare sur la côte….

- Je ne serai pas là avant demain midi, si tout va bien
- Sois prudent chéri !
- Toi Élodie, ne panique pas, je sais que tu as peur du vent et de l’orage, reste à l’abri avec Quentin. Tu veilles sur elle, mon garçon !
- Bien sûr papa ! Sois rassuré !

Plus le soir tombe, plus le vent souffle…

- Élodie, je vais dans ma chambre
- Tu me laisses seule Quentin? Tu sais bien que depuis mon accident, j’ai peur même du vent !
- N’exagère pas, s’il se passe quelque chose, viens me chercher !
- D’accord, nous dînerons de bonne heure
- OK

Je me connecte avec des potes pour avoir des nouvelles, certains n’ont déjà plus de courant et déconnectés. Elle a raison, il vaudra mieux manger avant que l’on soit dans le noir.
Des craquements sinistres parviennent de la charpente, Élodie cogne à la porte

- Quentin ? Viens je t’en prie, j’entends des bruits !
- Bon, j’arrive …Oh, tu es prête à aller au lit ?
- Oui aussitôt dîné, j’irai me coucher
- Si tu veux, je peux coucher avec toi pour te protéger !
- Ha, ha, ha !!! Très drôle, si ton père était là, tu ne dirais pas ça !
- Qu’as-tu là, dessous ?
- C’est une question déplacée, mais je te réponds : j’ai des sous- vêtements, ma nuisette et ma robe de chambre. Satisfait ?
- Ta petite nuisette transparente ?
- Idiot ! Arrête ou je le dirai à ton père !
- On peut bien rigoler avant que la maison nous tombe sur la tête !
- Ne dis pas ça !
- On regarde la télé ?
- Si tu veux... je m’approche de toi, hein ?
- Colle-toi à moi, je suis ton sauveur … en l’absence de papa !

Élodie s’assoit tout contre moi, en chien de fusil, je la sens tremblante, elle m’agrippe le bras, son sein proéminent s’écrase sur mon coude à chaque respiration, c’est bizarre je n’ai pas l’impression de sentir un soutien-gorge mais une demie sphère plutôt ferme…son genou sur ma cuisse, ce n’est pas pour me déplaire, si elle prend peur elle ne peut que sauter sur mes genoux !
Je n’arrive pas à me concentrer sur l’émission du petit écran, après tout cette fille pourrait être ma copine. Elle doit être une bonne amante si j’en crois les cris qu’ils poussent certain soirs….
Dehors, la tempête redouble, le luminaire du plafond clignote, Élodie se serre encore plus…

- Ça va couper !
- Y a des bougies au garage, je vais aller les chercher
- Pas question, ne me laisse pas toute seule !!
- ET VOILA ! Plus de lumière !!!
- Quentin ! J’ai peur !
- Je suis là, viens plus près …..

Je l’entoure de mon bras, elle tremble de la tête aux pieds.

- Calme-toi, je vais masser ta nuque et tes épaules, mets-toi à genoux sur le canapé, ne bouge pas, je viens derrière toi !

Elle ne répond pas. A genoux moi aussi, j’enserre son cou délicat, mes pouces remontent derrière ses oreilles, un gémissement et le frémissement de son corps prouve qu’elle consent, je redescends sur ses épaules, mes mains repoussent la robe de chambre, c’est à mon tour de me coller à elle. Mon ventre, donc mon sexe appuie sur ses reins qu’elle cambre.

- Ça va Élodie ?
- Oui …
- Je continue ?
- Oui, continue !

Imperceptiblement, la robe de chambre tombe et ce n’est pas de mon fait, je sens ses bras nus, les fines bretelles de la nuisette glissent aussi. Plongés dans le noir, je sens une audace incontrôlable monter en moi, cette fois mes mains dévient sur la poitrine, elle minaude.

- Quentin… il ne faut pas …
- C’est pour exorciser ta peur, tu as l’air d’aller un peu mieux depuis que je te masse
- C’est vrai …
- Alors je continue
- Si tu veux …

J’entraîne avec moi la nuisette afin de découvrir la poitrine assez imposante pour combler largement mes mains. Sa tête s’abandonne sur moi, mon érection n’a pas l’air de la gêner. Protégés par le noir absolu, Élodie tout comme moi, n’entendons plus la tempête !
Je laisse une main sur un sein, l’autre dévale sur son ventre, vers son entrecuisse qu’elle ouvre avant que j’y parvienne. Elle devient entreprenante, ses bras partent aussi loin qu’elle le peut en arrière pour déboucler ma ceinture et baisser mon pantalon. Ceci fait, elle plaque au maximum ma queue entre ses omoplates, c’est fou ce que les caresses prodiguées dans le noir absolu provoquent une autre perception !

Mes doigts pétrissent le tissu bien rempli par la vulve. Petit à petit, je la fait basculer entre mes jambes pour me retrouver en soixante-neuf au dessus d’elle, ce n’est pas difficile de trouver sa chatte, je n’ai qu’à me fier au parfum suave qui émane du sexe en chaleur, mes oreilles effleurent ses cuisses qui s’ouvrent comme deux pétales et se relèvent très haut.
Mon nez hume le sillon du slip marqué par les lèvres, la mouille passe à travers les fibres. Une main passée sous ses fesses, je tire le bord de la culotte sur l’aine opposée. A ce moment, ma queue, caressée par sa main douce, se retrouve au chaud dans sa gorge.
Ce n’est que soupirs, exclamations, bruits de succions et coups de reins incontrôlables. Élodie m’arrose de son jus quand, au même instant, je me lâche dans sa bouche, dernière succion et rire nerveux.

- Quentin mon chéri?
- Oui Élodie ?
- C’est toujours la tempête !
- Écoute ? C’est de pire en pire !
- Je ne te parle pas de celle-ci mais de celle qui ravage mon corps depuis des années ! Je te veux en moi …
- Allons dans ma chambre …
- Prends-moi la main mon chéri, je n’y vois rien …
- Nous somment au pied du lit, glisse-toi entre les draps !

Nous nous lovons l’un contre l’autre, les mains se repaissent de caresses, les langues se bousculent, puis je roule sur elle, je me retrouve entre deux cuisses largement ouvertes, membre contre vulve, je lime lentement cette fente détrempée, entraînant le clitoris hors de son capuchon de chair, lui arrachant des ondes électriques qui soulèvent involontairement ses fesses.
Élodie se cambre pour essayer de s’emmancher elle même, je fais durer le plaisir mais, pour elle, c’est un véritable supplice, elle geint, me suppliant de la pénétrer. Soudain, elle me fait un ciseau de ses grandes jambes et de ses bras, ses reins basculent et le puits ouvert se trouve face à mon pieu. Trop tard pour reculer ! Je me retrouve au fond de sa gaine vaginale qui épouse parfaitement mon cylindre, elle resserre sa chatte pour me retenir en elle, nos corps s’épousent parfaitement, mes testicules s’écrasent sur sa moule, j’ai l’impression qu’elles vont entrer aussi dans son vagin !

- Ah, je suis bien ! Baise-moi bien chéri ! Ma chatte a soif ! Laboure-la avec ta grosse bite !
- Ne m’appelle pas chéri, tu risques de le dire devant mon père sans t’en rendre compte ! N’oublie pas que tu es la femme de mon père !
- Oui, je suis la femme de ton père qui ne m’a jamais satisfaite au lit ! …..Mon chéri, je t’aime en silence depuis longtemps !
- Arrête ! Tu me perturbes !
- Non, tu resteras mon chéri et tu seras mon amant secret ! Continue de me perforer ! C’est bien, ne t’arrête pas ! Je t’aime mon amour !
- Je ne suis pas ton amour !
- Tu n’es pas mon amour mais tu continues à me baiser ! Encore, encore ! Mets-la moi bien au fond ! Dis-moi que je suis ta chérie et ton amour ! Dis-le, dis-le, je t’en prie ! Ce sera notre secret à nous deux !
- Oui !!! Tu es ma chérie et mon amour !!!
- Répète-le plus fort !
- OUI, TU ES MA CHERIE ET MON AMOUR !!!!!!!!!

Élodie ne se tait pas !
Je donne des coups de reins nerveux, j’ai envie de lui éclater sa chatte ! Elle m’aime et je l’aime en secret ! J’aime son corps, j’aime sa chatte, j’aime son cul ……

Son vagin se contracte sur ma queue, je lui donne ce qu’elle attend, mon sperme, sans arrêter de limer dans un magma visqueux. Nous sommes en sueur, la tempête est loin ! Il n’y a plus que deux amants qui s’éclatent, j’ai déchargé trois fois sans ressortir du trou devenu béant
C’est le téléphone qui nous a ramené à la réalité ……

- Allo ? C’est moi, je vais rentrer plus tôt que prévu, le temps se calme, ça a été bien pour vous deux ?
- Très bien papa ………


Ecrire un commentaire


DERNIERS ARTICLES :
Sodomie à trois
Je passe l'été chez ma cousine Karine dont les parents sont pétés de tunes, ils ont des affaires un peu partout et ils ne sont jamais à la villa, nous on ne s'en plaint p
Je suis heureuse et conquise
Il m'a dit que sa femme était souvent absente pour son travail et qu'il me donnerait des cours de baise pour que je puisse draguer des jeunes de mon âge et les impression
Je veux son sperme
Il se retire de mon vagin car il ne veut pas éjaculer en moi, il dit qu'il ne fait ça qu'avec sa femme et je comprends. Il me demande s'il peut se masturber sur mes seins
Il est doux
Cet homme n'est pas une brute, il est doux, il comprend que je commence juste à baiser et il ne veut pas me faire mal, alors il m'allonge, me caresse, me roule quelques b
Par derrière, c'est bon
Il répète plusieurs fois que je suis bonne puis d'un coup il me retourne et plonge sa bite dans ma chatte , mes cheveux traînent par terre, je sens ses testicules cogner